Coup de torchon… serviettes, linge délicat et body bébé.

Normalement, le lundi c’est ma journée un peu cocooning : masque, crème, bain, Game of Thrones… pendant qu’Eilinn fait sa sieste (ou qu’elle dort encore, quand je me lève suffisamment tôt). Mais pas aujourd’hui car il y avait  “Tokyo Mamans”!!

“Tokyo Mamans” est à la base un groupe yahoo d’échange entre mères francophones résidant à Tôkyô et, chaque mois, une réunion est organisée pour se rencontrer, échanger des bons plans, manger, boire, faire jouer les petits et très petits. C’est également un bon moyen de rencontrer d’autres personnes, avec un même centre d’intérêt, et les mêmes contraintes liées aux enfants. J’adore mes copines françaises au Japon, elles sont d’un soutient et d’une aide précieuse, mais je ne peux pas me reposer que sur elles pour combler mes [parfois longues] journées de maman… même si Eilinn les a déjà toutes charmées et prochainement enrôlées dans sa fanbase en construction!

Beaucoup de ces mamans sont des expatriées et vivent  “à la française” à Iidabashi (le quartier français) ou Azabu-juban (le quartier des ambassades), mais il y a toujours des informations intéressantes à glaner. Ainsi, si la première réunion à laquelle j’ai participé tournait autour de l’accouchement (avec 3 autres mamans ayant des petits de 5 à 7mois), la réunion d’aujourd’hui a été super intéressante. J’ai notamment pu rencontrer une maman japonaise qui parle un excellent français (et qui aimerait partir du Japon dès que possible), une canadienne qui habite à Nishi-Ikebukuro, soit à quelques stations seulement de chez moi, et qui m’a indiqué un parc intéressant, à peine à 1km de chez moi, pour faire jouer Eilinn dès qu’elle marchera.

Parmi les autres conversations fort intéressantes : le lave-linge!!

C’est d’ailleurs un sujet de conversation qui revient fréquemment entre françaises. Il faut dire que nous avons TOUTES été déçues des lave-linge japonais, puisqu’ils ne lavent rien, voire bousillent vos fringues en 1 mois. J’ai donc, grâce à la technologie japonaise, flingué un body bébé qu’Eilinn a décidé d’inaugurer (oui, oui, inaugurer est le bon mot, puisque je lui mettais pour la première fois) avec une couche trop pleine! Une copine nous rapportait les galères liées à ses chaussettes toutes aussi noires après leur sortie du lave-linge, quand une autre déplorait l’odeur de linge pas frais, et qu’une troisième plaisantait à moitié sur la qualité des fringues d’Harajuku ou Shibuya, immettables après 4 passages à la machine à laver… En ce qui me concerne, j’ai réussi à tenir dans un état acceptable tout ce que j’ai acheté au Japon, et pendant plus de 10 ans, mais, nous en convenions, en France, on sait laver! (même mes fringues d’adolescentes de chez Jennypouff sont encore en bon état…).

Il faut dire qu’en matière de lavage, j’ai été à bonne école, la meilleure, celle de ma maman. A part de rare cas de carence en instinct maternel – souvent échangé contre une double dose d’égoïsme ou d’égotisme – la manière de maman, c’est forcément la mieux du monde! La mienne  m’a appris les vertus du prélavage, de séparer le blanc des couleurs, de faire des lessives en fonction de la température et d’appliquer du détachant sur les tâches les plus difficiles. Simple bon sens. Qui n’a pas cours au Japon.

Ici les machines à laver sont programmées pour laver à froid uniquement, blanc et couleur en même temps, linge délicat et torchons en même temps. Enjoy!

En effet, les japonais ont une conception de l’écologie tout à fait particulière. Les lave-linge  lavent à froid, en tournant à peine, en faisant des bu-bulles. C’est magique! Mais inefficace (surtout contre les tâches de thé sur les serviettes et les cacas de bébé sur les body). Alors on achète de nouvelles fringues souvent. Logique. Voire logique et mercantile. Je pourrais également parler des cotons “carré bébé”, super-pratiques pour nettoyer les fesses de bébé avec du liniment ou un liquide physiologique, qui n’existent PAS au Japon, au profit de LINGETTES de 4CMx4CM qui se DECHIRENT QUAND ON TIRE DESSUS  (je défie n’importe quelle maman de garder son calme quand bébé baigne dans sa matière fécale et qu’il faut nettoyer avec un micro truc de mauvaise qualité), ou bien encore parler des éponges qui n’ont pas de face “gratton”, un pur bonheur pour ne jamais avoir de tasse à thé propre et proposable, mais je serai intarissable. Et énervée. Alors je vais conclure sur le pourquoi de l’intérêt des réunions Tokyo Maman : l’une d’entre elle  a eu le déclic après avoir flingué plusieurs body également ! Désormais elle allume le chauffe-eau! Car oui au Japon, dans certains appartement, l’eau ne chauffe pas naturellement quand tu ouvres le robinet, il faut appuyer sur un bouton d’une commande centrale pour faire chauffer l’eau et comme cette eau va aussi directement dans la machine à laver, il est possible de laver à 0, 30° et même 40° degré!!!

Merci Tokyo Maman!

Balance maman hors du train

Au Japon, solidarité bien ordonnée commence par soi-même …et s’arrête à peu près à soi-même.

Cela fait un petit temps que je n’avais mis à jour le blog, mais je souhaitais pour ce billet avoir un peu plus “d’expérience”.  Il s’agit en effet de la solidarité ou tout simplement de l’aide que l’on peut recevoir au Japon quand vous êtes jeune maman, avec la galère que peut être une poussette, dans les transports, dans la rue, etc.

En France, j’ai été rapidement et agréablement surprise par la gentillesse et l’aide que  j’ai pu recevoir quand je prenais les transports en commun : passage facilité aux tourniquets, jeunes et moins jeunes hommes pour m’aider à porter la poussette, parfois des mères aussi, des gens dont ce n’était pas le chemin qui ont fait un détour par un escalier pour me soulager. Étonnamment, ce sont aux ascenseurs que j’ai connus le plus de désagréments : plein de valides qui préfèrent prendre un ascenseur plutôt que de laisser leur place à une femme enceinte ou une poussette (j’imagine avec horreur les galères des gens dit à mobilité réduite…).

Au Japon, c’est tout l’inverse! Les ascenseurs étant souvent mal situés sur les quais (loin des sorties les plus pratiques ou des changements), en majorité, les japonais les délaissent. Même s’il n’est pas rare de voir une jeune fille dans sa vingtaine l’attendre – très certainement pour ne pas abimer ses talons vertigineux. Par contre, vous pourrez galérer autant que vous voudrez avec une poussette dans les stations qui n’ont pas d’ascenseur, n’attendez aucune aide de la part des japonais qui resteront les yeux rivés à leur keitai denwa  (téléphone portable) ou sumaho (smartphone), voire vous dévisageront quand vous porterez votre poussette, garnie du bébé qui va avec, le temps de la dizaine de marche qui vous sépare du prochain couloir.

Ainsi il n’est pas rare de voir les mamans japonaise avoir un porte-bébé ventral ou dorsal, avec des aménagements vestimentaires plus utiles… qu’esthétiques.

Ca semble idéal, mais certainement faisable qu’avec un gabarit japonais… Eilinn et ses 9kg, elle me casserait le dos, qui a déjà pris cher quand elle a fait 7/8 kg et que je devais la sortir du lit. Et puis, si je me souviens bien, en France, on m’avait déconseillé de trop utiliser le porte-bébé tant que son dos n’était pas bien musclé…

Heureusement pour moi, j’aime marcher, j’ai le temps et il fait plutôt bon (parfois très frisquet, mais avec 13kg à bout de bras, on se réchauffe). Du coup, j’évite autant que se peut les transports en commun. Sinon, j’ai la chance d’être très bien entourée de copines qui n’hésitent pas – elles – à filer un coup de patte.

Parmi celles-ci, l’une d’entre elles, qui vit au Japon depuis un certain (long?) temps, me faisait remarquer à Shibuya un poster qui rappelle aux usagers qu’il fallait aider les mamans, enceintes ou avec des poussettes, leur laisser la priorité, etc. Je n’ai pas pensé à le prendre en photo, mais en voici un autre, qui rappelle que les femmes enceintes méritent quelques égards (puisque les japonais l’oublient autant que les français)

Par contre, et il faut le souligner, dès que vous entrez dans un café, le staff vous aidera avec milles courbettes et sourires, vous portera votre commande à votre place ou des couverts pour enfants si vous aviez oublié les vôtres, et on vous simplifiera grandement la vie! Mais c’est la logique commerciale aussi! Sinon, au karaoké, on vous dévisagera un peu, parce qu’une gamine de 10mois au karaoké, ça se voit rarement… 🙂