[J’ai testé] Le poussette café à Tôkyô!

En vérité, j’exagère… il n’existe pas (encore?) de poussette café à Tôkyô .. par contre des cafés à chats ou des cafés pour chien, ça existe!
Cela dit, j’ai eu la grande surprise, en arrivant devant Junoesque – le bagel café qui a sauvé mon âme avec son Saumon-Cream cheese il y a 2 semaines – de voir une rangée de poussettes alignées sur la terrasse et à peu près autant à l’intérieur!! Quelle joie d’entendre des rires d’enfants qui jouaient ou récitaient des politesses en attendant que maman paye. Quel plaisir de voir quelques gamins s’amuser ensemble, pendant que les mères bavardaient autour d’un bagel ou d’une boisson.

Il faut admettre que le quartier de Setagaya,  et plus précisément autour de la gare de Jiyugaôka (à 20min de Shibuya par la Toyoko Line qui relie Shibuya et Yokohama), est une espèce de 17ème façon Batignolles tôkyôite. Un peu excentré, c’est un quartier résidentiel calme, qui se distingue par le tarif exorbitant de ses loyers, ses boutiques de prêt à porter haut de gamme (Comptoir des cotonnier, par exemple… c’est français, donc c’est haut de gamme ici), ses pâtisseries et confiserie (Dalloyau, Paris s’éveille, Le Vent de Ludo – meilleur ouvrier de France, expatrié – ou Lindt… en plus des traditionnelles pâtisseries japonaises) et son maire qui mène une action pro-enfant! Du coup, on y croise une population du type jeune couple CSP+ avec ou sans enfant, avide d’une certaine qualité de vie, à quelques stations de Shibuya ou de Shinjuku.

Et aujourd’hui, mardi, à l’heure du déjeuner c’était réunion de maman au Junoesque café! Arrivées vers 13h et reparties après 15h, j’ai pu compter 4 à 5 groupes différents de mamans qui se sont installés dans ce même café. Certaines d’entre elles se sont quittées en se lançant un joyeux “mata raishû” (à la semaine prochaine), remballant poussette et bambin chacune de leurs côtés. A croire donc, que c’est un point de rendez-vous connu et reconnu!

Et je vous conseille fortement ce café “Junoesque”, dont il existe bien des boutiques de vente à emporter mais un seul café pour manger sur place, à Jiyugaôka. Compter 800 à 900¥ pour un sandwich avec sa salade et ses frites (plus une soupe en menu le midi), et un drink set intéressant (moins cher que la boisson seule), sachant que l’on peut demander un “refill” (o-kawari) d’eau chaude pour son thé!  Pour ne pas gâcher son plaisir, le café dispose d’une petite terrasse, fait rare pour être soulign2 à Tôkyô, bien agréable quand il ne fait pas trop chaud, l’intérieur étant climatisé.

J’avais été très bien reçue lors de mon premier passage avec Eilinn, et je comprends pourquoi, l’équipe étant habituée à recevoir poussettes et mamans! Aujourd’hui, elle était d’ailleurs en pleine forme et je me suis autorisée à la laisser crapahuter à quatre patte dans le café. Ses genoux, pieds et mains étaient noirs à la fin, mais quelques lingettes utilisées ne seront jamais aussi précieuses que les fous-rires qu’elle a piqué et les immenses sourires à 6 dents qu’elle a pu distribuer!

Et pour finir la journée, une séance shopping de CD à Shibuya, plus le Donki Hote, où j’ai trouvé une peluche – marionnette de loup qui fait marrer Eilinn, avant de remonter vers Aoyama (où il y avait encore des Koi Nobori!) et redescendre Omotesando, en tournant après la pâtisserie Pierre Hermé, pour longer les magasins de luxe, Petit Bateau,l’Oriental Bazaar, Kiddy Land…
Mine de rien, demain, il y a une nouvelle sortie “tokyo-maman”, en  mode pique-nique!

Adresses :
Junoesque Bagel Café :  7-2-9 Okusawa, Setagaya-ku, Tokyo http://www.junoesque.jp/
Le Vent de Ludovic : 2-19-15 Todoroki, Setagaya-ku, Tokyo  http://www.palaisdepain.co.jp/

Advertisements

Kodomo no Hi no fail – où parce qu’Eilinn est une FILLE, c’est moins important –

Il y a des jours, comme ça, et c’est tout bête mais tu rêves d’une belle journée en famille, surtout quand la journée en question est le 5 mai et qu’au Japon c’est Kodomo no Hi (le jour des enfants), avec de nombreux festivals et des carpes en papier ou en tissu qui sont élevées dans le ciel (koi nobori). Et pour ça, tu annules une boîte la veille, et même un pique-nique avec plein de gens biens au parc de Yoyogi.
Et puis … après avoir fait mangé ta fille (sauté de courgettes, yaourt et banane à la cannelle), son père lui offre quelques cadeaux : une panoplie rose de lunettes, colliers de perles, maquillage, broche magique… passons sur le côté carrément sexiste de la chose, pour le principal : “ne convient pas à un enfant de moins de 3ans”. Tu m’étonnes, John! Bref, à cadeaux, cadeaux et demi, parce que connaissant la crapule, on aurait tôt fait de prendre rdv à l’hôpital pour un truc coincé dans sa gorge (“bah oui mais comme elle joue avec mes lunettes, ça me saoulait… alors je voulais qu’elle ait ses propres lunettes...”)
Néanmoins, cela ne gâche pas mon envie de sortir voir les carpes flotter au vent. J’avais juste oublié que le Kodomo no Hi est principalement adressé aux petits garçons, tout le monde sait qu’une fille, c’est moins important après tout. Du coup, pour son père, les carpes et tout ça, ça n’est pas très important et malgré mes demandes, il ne se sera pas renseigné des lieux à proximité de chez nous qui avaient organisé un petit – même tout petit – matsuri.

Au final, on a fini au parc, où Eilinn a quand même pu crapahuter et faire un peu de toboggan. Du reste, un dimanche banal, alors que c’était censé être une fête pour ELLE.

Du coup, la semaine prochaine c’est Haha no Hi (la fête des mères) et … je me marre déjà (haha… ha.. ha..)