[on a testé] Saint Germain en Neige – 3ème édition

Pour promouvoir les séjours à la montagne, France Montagnes organisait pour la 3ème année consécutive l’opération Saint-Germain en Neige, sur la place St Sulpice à Paris. L’occasion de rencontrer quelques offices de tourisme des régions concernées, de grandes stations et de participer à des activités pour les enfants : initiation au ski, ski de fond, luge-bouée, baby-traineau… Comme PapyMamy est en pleine recherche d’une station sympa avec des activités ludiques pour Tornade – qui n’aura pas encore 3 ans en mars prochain – on s’est dit que c’était une bonne occasion de lui faire tester.

Tout d’abord, on a vraiment eu  de la chance en y allant le samedi puisqu’il a fait très beau! C’était donc très agréable. En soi, la place St Sulpice était blindée de chalets et par les animations (2 rampes de luge-bouée en fonction des âges, 2 pistes de ski de fond, un stand de biathlon….) et 3 rues avaient été fermées à la circulation pour installer une seconde piste de biathlon et de baby-traineau.
Tout était encore prévu pour des enfants de 3ans et plus, mais Tornade étant particulièrement grande et dégourdie pour son âge, ni vu ni connu, j’ai rien dit et c’est passé pour le ski de fond et le baby-traineau; Dommage pour la piste de luge, qu’elle a regardé avec des grand yeux plein d’étoiles.

Photo 010Le baby-traineau étant organisé à des heures fixes, Tornade a tout d’abord chaussé des skis en plastique, accompagnée pour un premier tour par une monitrice de l’ESF . Tout s’est parfaitement bien passé, même si le placement des ski n’étant pas très facile, elle croisait souvent l’arrière des skis. Mais avant qu’on lui ait demandé si elle voulait arrêter, elle a recommencé le parcours, toute seule cette fois. Bon, là, une petite chute, une petite galère pour se relever, pas de monitrices à disposition alors que je n’avais pas la possibilité de m’approcher pour l’aider. Cela dit, elle s’est débrouillée comme un chef pour se mettre debout et finir le parcours. Mais n’a pas voulu recommencer ensuite.
Ensuite, elle a suivi avec envie les démos de saut à ski acrobatique (oui, psychologiquement, j’anticipe déjà les bras et les jambes cassés quand elle voudra “s’amuser” à faire pareil).

Enfin, le clou de la journée : le baby-traineau. Il s’agissait de faire un aller-retour sur une piste symbolisant la neige avec un unique chien pour tracter l’ensemble. Une activité prisée, du coup, on a été faire la queue assez tôt. Je doute parfois du pouvoir de concentration et de la patience de la Tornade, donc un passage rapide était souhaitable, et on a plutôt bien joué. En attendant son tour, la miss a voulu rivaliser avec un grand de 5 ans pour monter sur une espèce de table où s’accoudait les initiés au biathlon. Le grand arrivait à grimper sans aide en s’appuyant sur ses bras, le défi ultime pour Tornade qu’aucune activité physique n’a jamais apeuré! 20minutes plus tard, c’était à son tour de se préparer!
> Casque et genouillères : pas de problème, on maitrise depuis la trottinette.
> Suivi du brief par l’animateur : j’avoue j’ai un poil flippé qu’elle ne suive pas (cf sa concentration limitée plus haut), mais, elle n’a pas bougé, mains dans les poches de sa polaire, genre “je suis trop cool pour ça”.
> Installation sur le traineau : dans le calme… miraculeux.
Photo 015Il faut dire qu’elle a réussi à passer plus vite que prévu comme les moniteurs n’hésitaient pas à “recaler” des gamins pas assez âgés (moins de 3ans), ou peut-être trop bruyants.  Du coup, je pense pouvoir affirmé que Tornade a été la plus jeune testeuse de la session et elle m’a bluffée!! (je suis sa mère, laissez moi m’extasier devant les prouesses physiques de mon petit bout, j’assume de ne pas être objective!)
Bref, elle a bien respecté les règles données par le moniteur, n’a même pas utilisé la pédale de frein, et a rigolé quand elle a finit sur les fesses parce que le chien a démarré un peu trop vite. A ce moment là, le moniteur m’a regardé pour me demandé quoi faire, mais elle était déjà debout et réinstallée, prête pour faire le retour.
Elle était ravie et moi aussi (et trop fière en fait)! Et en plus elle a gagné un super bonnet!

On a fini la journée dans un café qui participait à l’événement pour prendre un chocolat (ou un vin chaud pour moi), alors que Tornade avait la possibilité de s’installer pour un atelier “gribouillage” (dessin étant trop artistique pour les tracés qu’elle fait). Elle a eu le droit à un ballon, et je suis repartie avec plein de documentation qui a fait le bonheur de Mamy.

D’ailleurs, si je m’étais mieux renseignée et que j’avais voulu y passer plus de temps, la plupart des chalets de stations faisaient gagner des lots ou des séjours au ski sur tirage au sort. Mais comme je n’ai absolument aucune chance dans ce genre de concours, j’évite d’y perdre mon temps !

plus photos à venir (même si l’appareil m’a lâché en cours de route)

Advertisements

Suiten-gû Jinja, un temple pour les bébés à naitre et les jeunes mamans.

Comme vous avez pu le remarquer, ma vie tourne autour des bébés : la mienne, certes, mais en visitant le temple Suiten-gû, je ne pensais pas qu’à moi, mais toutes les jeunes et les futures mamans de mon entourage, puisque ce temple est dédié aux bébés, qu’ils soient encore foetus, à naitre ou déjà nourrisson.
En effet, les mères viennent ici prier ou se faire bénir pour une grossesse, un accouchement ou le bonheur et la sécurité de leurs enfants. Que des thèmes qui me sont désormais chers.

A la base, le temple de Suiten-gû est originaire de Fukuoka (tout au Sud-Ouest du Japon) et a été déplacé plusieurs fois dans Tôkyô avant “d’atterrir” à sa localisation actuelle… d’ailleurs, fait incongru pour un pays de tradition tout-ça, tout-ça (irony inside), le temple est situé sur un parking! Quand on vous dit que tradition et modernité…

Comme je ne suis pas très en veine, premièrement je n’avais pas consulté les horaires “d’ouverture” (avant 15h pour les comptoirs), et deuxièmement le temple est actuellement en travaux et une partie de celui-ci a été temporairement déplacé plus loin. J’imagine la scène en France : “bonjour, cette église est en travaux, veuillez faire 500m, vous trouverez des cierges et des porte-bonheur à vendre dans les préfabriqués, merci”. Bref, je suis déçue, pas de jolis porte-bonheur, un o-mikuji 中吉 (prédiction de chance modérée, au milieu…), et un temple carrément désert…

De plus, je ne saurai dire si c’est pendant les travaux ou pas, mais il est apparemment interdit de prendre des photos du temple. Heureusement, le petit gardien – qui nous avait précédemment interdit les photos – nous a proposé de faire une photo devant le temple.

IMG_0656

Après cette petite visite (genre 15min top chrono), nous avons rejoint la gare de Tôkyô pour le dîner du soir dans un restaurant d’okonomiyaki (un des meilleurs de Tôkyô, avec des plats traditionnels de Kyôtô d’où sont originaires les okonomiyaki), en passant par un quartier commerçant (amazake-yokochô) où nous avons repéré de nombreux bistrots, bars à vin et boulangeries françaises (à 600¥ la quiche lorraine, je serai tentée).

Aller plus loin :
Suiten-gû Jinja : http://www.suitengu.or.jp/
Restaurant : http://www.o-kizi.jp/
Amazake Yokocho (selon Tokyo Eye de la NHK) : http://www3.nhk.or.jp/nhkworld/english/tv/tokyoeye/archives20130109.html