[Octobre Rose] Des déo bio pour se préserver

OCTOBRE-ROSE_zoom_colorboxIl ne me restait plus qu’une semaine pour parler d’Octobre Rose et du cancer du sein.  Ouf!

Je n’en suis pas encore au dépistage, même si ça viendra, mais pour mes enfants, je sais que je dois rester en bonne santé le plus longtemps possible. Je suis très tolérante pour plein de choses, mais je trouve que la première des responsabilités d’une maman c’est de prendre soin de la santé de ses enfants, certes, mais aussi de la sienne afin de pouvoir les protéger au mieux.

Alors avant de me faire dépister, j’essaie de ne pas favoriser les facteurs de risques:
ne pas fumer, car la cigarette est l’un des premiers cancérigènes
manger sainement et équilibré pour affronter tous les bobos
éviter au maximum les substances toxiques dans la vie de tous les jours (c’est pas facile non plus, tout en est bourré!!)
– au niveau “cosmétique” (au propre comme au figuré), je choisis des produits bio, sans chlorate d’aluminium dont la toxicité pour les cellules mammaires est démontrée, même si l’Afssaps n’a pas prouvé la relation avec le cancer du sein.

Je suis assez sidérée qu’Octobre Rose soit toujours question de dépistage, mammographie, et pas du tout de prévention! Certes, à l’origine, le mois de lutte contre le Cancer du Sein est une opération d’un laboratoire pharmaceutique pour développer le dépistage, mais il n’y aurait pas besoin de dépistage si on évitait les comportements à risque… jdçjdr

Généralement, trouver des produits d’hygiène bio qui conviennent au niveau des textures et des fragrances, c’est devenu très simple.  Il existe pour toutes marques des shampoings pour tous types de cheveux, des crèmes pour tous types de peau… Par contre, dès qu’il s’agit de déodorant , avant de penser utilisation et composition, on attend surtout qu’il soit efficace contre les mauvaises odeurs et la transpiration.
Dans les faits, un déodorant n’est pas un anti-transpirant, ce qui est pire que tout pour notre corps, alors privé d’un moyen naturel pour réguler sa température.

Avant de trouver des déodorants bio qui me convenaient j’ai même tenté le “no-déo”.
Ca fait peur dit comme cela, mais avec des aisselles bien épilées et en évitant soigneusement les matières synthétiques je n’ai pas vraiment eu à me plaindre de gêne. En effet, les mauvaises odeurs étant provoquées par les bactéries qui stagnent sur les poils ou dans les fibres non-naturelles qui ne laissent pas respirer la peau. (enjoy tes 5 ans de biologie/biochimie). Cela dit, j’ai été bien contente quand j’ai découvert des déodorants un peu parfumés, certifiés cosmébio, pour plus de confort et de plaisir d’utilisation.

IMG_20141023_165858Mon premier déo-bille bio fut celui à l’amande douce de chez Coslys : j’avais craqué sur le trio gommage, lait corporel, déo à l’amande. D’un je suis une fidèle, et deux, j’aime bien quand les parfums de mes produits sont harmonieux. En plus, il est possible de n’acheter que des recharges, moins chères, qui permettent de ne pas jeter la bille  (que je nettoie). Du coup, peu de déchets et des économies!
En ce moment, j’utilise toujours le déo-bille Coslys à la pierre d’alun, parfum fleurs des champs (so romantique), parce que je suis fidèle, et qu’il est très agréable à mettre et utiliser,  et grâce à la Boite à Beauté – la Naturelle – j’ai découvert le déo-bille à la propolis de chez Polénia.
Sa formule à la propolis est vierge d’aluminium notamment sous forme de pierre d’alun, souvent utilisé comme alternative aux chlorates d’aluminium. Par contre les ingrédients principaux sont l’eau (of course) de l’alcool et du parfum, alors que l’alcool arrive très loin pour la formule de Coslys, dont les trois principaux ingrédients sont l’eau, l‘alun de potassium et des levures types saccharomyces pour empêcher la formation des “mauvaises odeurs” .
DSC_0694 DSC_0689
J’ai encore du mal à en avoir un favori ! Les deux textures sont fraîches et légère avec des points forts pour les deux.
Chez Polénia, j’aime le format tout mini (pourtant 50ml) facilement transportable partout et son délicat parfum de coton.
Chez Coslys, j’aime la formule à ” l’épreuve des odeurs” (toutefois, il faut éviter les 200m haies avec un pull en polyester) et son côté recharge malin (50 ml). Niveau parfum, en été, je préfère celui aux agrumes et en hiver, les fleurs des champs.

 

Du dentifrice bio pour les quenottes

Depuis le Japon, où elle avait pris l’habitude de me suivre comme un petit chien dans l’appartement (oui, à 4 pattes) , Tornado adore faire à peu près tout ce que je fais… brossage de dents inclus. D’habitude le concept de petit singe n’est pas pour me faire plaisir (“ne touche pas ce couteau de 15cm”,  “non pas la tasse de thé bouillante”, “ne déshabille pas ton frère comme ça”… c’est infini…), heureusement mon top 3 des truc qu’elle peut refaire sans que ce soit un problème est :

-manger des fruits et légumes
-ranger sa chambre
-se laver les dents

Dès que j’ai découvert la passion de ma fille pour le brossage de dent, on a couru le jour même au Toys’R’us d’Ikebukuro pour lui acheter une brosse à dent adaptée à ses quatre petites dents.  Ca semble peut-être bizarre, mais j’avais déjà évoqué le fait que les produits pour nourissons sont des choses rarissimes : rien dans les convini, rien dans les supermarchés et pas toujours dans les kusuri-ya – sorte de parapharmacie, donc mon shopping “bébé” c’était Toys’R’us… Il faut voir qu’en plus, l’hygiène buccale au Japon c’est encore quelque chose de très particulier! Pour peu que vous déchiffriez le kanji des dents (ha), vous découvrirez un monde merveilleux de clinique dentaire, parfois  2 ou 3 tous les km. Je m’étais amusée à les compter entre l’appart’ et la station de métro… Les japonais font-ils tellement attention à leur dentition? Je dirais que non, en fait. D’où la nécessité d’avoir autant de dentiste pour soigner les caries, les plombages, et changer les bridges de cette population vieillissante. Personnellement, je crois qu’en 3 mois je n’ai du voir qu’une seule pub pour le dentifrice (une marques américaine en plus) alors que j’ai découvert des pub pour le placenta en gélule, des bas de contention pour jeune fille, de la bière pour homme et de la bière pour femme qui te fait te sentir bien et fraîche… Oui, je sais, en France c’est le déo ou les tampons, eux c’est la bière, on en reparle après qu’elles aient vomis sur leur stilettos? Un gouffre socio-culturo-hygiénique, vous dis-je!

(parce que culturellement, au Japon, il faut avoir des dents noires, ou pour les filles avoir une double rangée de dents, ça fait petite fille et c’est ultimate kawai... perso, je trouve que ça fait dents pourries et c’est tout)

DSC_0108Enfin, en France,  j’ai  trouvé de quoi initier Tornado au brossage de dents

, sans dentifrice, en attendant de rentrer en France, où je savais que je pourrais trouver des produits dont je connaitrais la composition. Si les dentistes vous conseillent toujours de commencer le brossage dès que possible, il est aussi dit que le dentifrice attendra les 2ans de l’enfant.. avant il avale inlassablement la pâte.
C’est pourquoi j’ai cherché du côté des dentifrices bio. Certes, ça ne sert pas à grand chose, si ce n’est “faire comme les grands”, mais c’est mieux que le dentifrice “conventionnel”. J’ai trouvé mon bonheur chez Coslys (parce que c’est une marque qui me convient, personnellement et que leur gamme bébé est sympa aussi). Tornado a bien évidemment voulu manger le dentifrice jusqu’à ce qu’elle comprenne (il n’y a pas longtemps) que ça ne fonctionnait pas comme ça.
Globalement, je suis contente que la miss continue de trouver du plaisir à se laver les dents, avec SON dentifrice à elle, au goût de fraise, très doux, et son packaging. Elle a bien compris que c’était le sien, et maman à un dentifrice pour ses dents à elle. Et maintenant je suis bonne pour recommencer depuis le début avec Zéphyr, 9 mois, 7 dents…déjà…

DSC_0103DSC_0104