Le battement d’aile du papillon

J’aurai pu commencer ce blog en postant une photo d’un avion,  symbole du voyage, de l’imminence du départ… mais, en fait, le vrai point de “départ” date de 2 ans. Le 11 mars 2011, le grand séisme du Tohoku (que l’on appelle plus communément Fukushima – du nom de la centrale nucléaire touchée) ravageait le Nord-Est du Japon.

A l’époque, mon coeur se serrait pour mes amis, français et japonais, résidents au Japon, mais une fois rassurés sur la santé de nos amis et proches, ni Joe, mon désormais fiancé, ni moi, ne pouvions imaginer que la catastrophe aurait des conséquences sur nos petites vies. Nous étions en Europe, lui à Dublin, moi à Paris, et persuadés d’y rester. Commence alors une série d’événements qui implique le retour anticipé et précipité de Joe à Tôkyô, en juin 2011. Son retour étant compromis, c’est moi qui le rejoint en septembre, mais ayant eu une proposition de travail intéressante, avec le soutient de Joe qui m’encourage, je rentre en France, en attendant que lui-même trouve une position en Europe, ou au Japon, bien que la catastrophe et la crise gèlent une partie des recrutements depuis 6 mois.

Finalement, nous apprendrons quelques semaines plus tard que l’enfant que nous voulions ne se fera pas attendre. Eilinn naitra en juin 2012, en France, alors que son père fait des aller-retours trimestriels pour la voir (et moi aussi!).

En janvier 2013, Joe me confie que sa mutation en Europe ne pourra être étudiée avant un certain temps, et me demande (officiellement) de le rejoindre au Japon avec Eilinn, dès que possible.

Depuis janvier, je m’occupe donc de préparer notre déménagement, plus que voyage, et je me suis dit qu’un blog pour raconter mon expérience, rapporter mes coups de coeur, montrer le Japon que j’aime, partager un bout de ma vie avec ceux qui le veulent bien, malgré la distance…

Bienvenue à ceux qui me lisent!