[j’ai testé] Le Petit Café du Monde Entier

Cela faisait longtemps que je voulais découvrir ce type d’endroit. Habituellement quand je retrouve des copines à Paris, on fait simple : Starbucks/St Lazare. C’est juste en face du quai, il y a de quoi s’asseoir pour papoter et de la place pour la poussette. Mais ça reste limité en terme de découverte, de convivialité ou d’activité pour les petits. A l’occasion de la venue en France d’une amie expat’ aux States, je n’ai pas eu l’indécence de lui proposer un goûter “Starbucks” et j’ai poussé la course-poussette jusque dans le 11ème (45min de bus avec correspondance, ça c’est de l’amitié, j’vous l’dit!)  au Petit Café du Monde Entier.
Sachant que ma copine est française d’origine chinoise, expat’ aux US, moi, franco-allemande avec des petits “half” japonais, je trouve qu’on collait plutôt bien au thème!

Le principe d’un “café-poussette” c’est que les parents n’ont pas à se stresser par le volume de leur poussette (il y aura de quoi la ranger), à emporter un énorme barda comprenant, goûter, petit pot, biberon, ni même à s’inquiéter du volume sonore émis par les petits. Ici tout le monde comprend!

Le Petit Café du Monde Entier propose donc un espace modulable (table en formica avec rallonge possible) avec du mobilier disparate qui fait le charme du lieu, un corner pour que les enfants puissent jouer (“sociabiliser” sic le site) et même laisser libre court à leur créativité avec un mur blanc qui ne l’est plus trop! En effet, il est rempli de griffonnage et de dessins d’enfants. Très fun!
En ce qui concerne la carte, j’ai été très contente de trouver une formule “enfant” avec petit pot bio maison et compote de fruit. Avec la course du départ, perturbé par Tornado et ses bêtises, Zéphyr n’avait pas eu le temps de manger.  Tornado a craqué pour un énorme cookie (oui vraiment énorme!!) qu’elle a consciencieusement boulotté sous les regards incrédules de mes potes. Oui, j’ai fait des gloutons!

Après avoir mangé, mes phénomènes ont découvert le coin ludique et nous avons pu profiter d’un moment entre amis (dire “adulte” ça me fait bizarre), avec du thé, des gâteaux… selon l’envie! Personnellement, j’ai craqué pour un chausson ricotta-épinard et une tisane. C’était bon, c’était simple, c’était relaxant!

La cerise? Des produits Coslys dans l’espace change pour soigner les fesses de bébé, pour ne pas avoir à transporter le bidon de liniment! Venez avec vos bébés, des couches au cas où, pour le reste, tout est prévu!!

Pour les parisiennes branchées, ou habitants de la petite couronne courageux, le Petit Café du Monde Entier organise également des brunchs et des ateliers autour de la parentalité, de l’éveil des enfants, etc. J’ai déjà du mal à me lever le matin, je ne sais pas si je tenterai 1h30 de transport pour un brunch… :p

Le petit café du monde entier

Ouvert de 10h à 18h30, de lundi à samedi.
Le dimanche, de 11h à 18h.
Brunch le samedi et le dimanche à 11h ou 13h30.

95 rue du Chemin Vert / 75011 Paris
M° St Maur, Voltaire, ou Père Lachaise

Tel. 09 82 54 41 52
contact@petitcafedumonde.com

Advertisements

Une page se tourne à Sushibuya…

Même si j’ai encore plein d’idée de récit de ma vie de maman, il me fallait rapporter aussi vite que possible une anecdote sur ma soirée “solo” (i.e. sans Eilinn). En fait, ce soir, et pour la première fois depuis bien longtemps (2? 3 semaines?), j’ai pu confier Eilinn a son père le temps d’une soirée et profiter de celle-ci pour aller assouvir ma faim de sushi!
Ma mère – et beaucoup d’entre vous certainement – trouve que je parle un peu beaucoup de nourriture, mais il faut bien admettre que le Japon est un pays où la nourriture tient une place très importante, entre grignotage et “gourmet”, on trouve de tout… Et après quelques semaines malade à ne presque rien manger, je me rattrape avant mon retour (où je prendrai à nouveau plaisir à manger des fruits, de la salade et ce qui a pu me manquer!!)
Bien sur, si j’avais tellement envie de sushi, je pouvais très bien en acheter à emporter dans un supermarché ou un traiteur, mais personnellement, au Japon, j’aime les kaitenzushi – ou sushi bar – où l’on peut voir défiler les paires de sushi, être tentée (ou pas) par l’une ou l’autre des assiettes, où les “irrashaimase” fusent tel un concours à celui qui gueulera le plus fort, où les clients hèlent les quelques cuistots pour leur demander une spécialité qui ne serait pas disponible sur le tapis. C’est toute cette ambiance que j’aime, même si certains japonais dénigrent ce fast-food typiquement nippon (tu viens, tu manges, tu repars) en arguant que la “fraicheur” ou la “qualité” ne sont pas celles des vrais restaurants de sushi – qui valent alors une fortune, contre 120 à 200 Y la paire dans certains kaitenzushi – où le chef cuisinier va prendre son temps pour te faire une jolie assiette avec un poisson tellement frais, tellement pas encore mort, qu’il bouge encore sur sa boulette de riz. Là, c’est l’extase pour le japonais; moi ça me donnerait juste envie de gerber. En gros, c’est la différence en France, entre le restaurant gastronomique et le bistrot… à vous de voir ce que vous préféreriez.

Cela dit, il y a une tradition qui se perpétue depuis que j’accompagne mon père au Japon et depuis que j’ai appris à aimer les sushi (je pourrais vous parler de l’expérience traumatisante de mon premier sushi … au poulpe!! quand j’avais 12 ans), c’est d’aller manger des sushi à Shibuya!! Au fil de ses voyages, mon père avait trouvé un kaitenzushi, bon et pas cher (100Y l’assiette), à quelques mètres de la sortie Hachikô. A chacun de nos voyages, il était impératif d’aller s’enfiler quelques assiettes (comptées en dizaines pour mon père – on s’étonnera qu’il n’a jamais maigri en mangeant japonais). Et ce soir, j’avais envie de CE kaitenzushi, le Tsukiji Honten… et qui n’existe plus!!! Malheur!! Remplacé par un autre restaurant de sushi, une chaine même – genki sushi – qui ravira les fans d’écrans tactiles et de préjugés sur le japon modernité et tradition blah-blah-blah, mais dont le design et l’ambiance sont froids et impersonnels.  Déception. Enorme Déception (même). Plus de 10 ans de voyage au Japon à respecter un petit pèlerinage jusque Shibuya pour notre dose de sushi, détruit par une chaine sans charme. Mon père y allait tellement souvent qu’à la fin, on discutait avec un des chef et que le restau lui a même offert une tasse pour sa fidélité !! (Papa, si tu me lis, ta tasse du sushi bar est une collector maintenant!!)

Heureusement, Marion, qui m’accompagnait, connaissait un autre petit kaitenzushi, dans les même prix et dans la même idée d’ambiance, dans le quartier. Ca doit pulluler vous me direz et ce n’est pas faux… mais trouver un kaitenzushi à 120Y la paire, quelque soit le poisson, ce n’est pas si aisé, faut connaitre les adresses.
Contrairement au kaitenzushi que je connaissais, celui-là est au sous-sol, d’où l’intérêt de ne pas avoir la poussette, ni Tornado-Eilinn dans les pattes (ses petites mains baladeuses pouvant balayer tout ce qui se trouve sur une table dans un rayon d’environ 60cm, sans parler de ses hurlements si elle n’a pas ce qu’elle veut, et comme elle veut à peu près tout ce qui se trouve dans mon assiette et qu’elle n’est pas encore assez grande pour le poisson cru, j’ai vite abandonné l’idée du sushi bar avec elle).

En tout cas, j’ai vraiment apprécié ma petite soirée “à moi”, à discuter (au calme de ma fille) avec Marion, à savourer mes 9 assiettes de sushi avec autant de thé vert que mon estomac pouvait en contenir… pour un total de 1.080Y (environ 8,30€ – haïssez moi) . Et pour finir en beauté, en redescendant vers la gare de Shibuya, j’ai entraperçu une enseigne “Krispy Kreme” Donuts, qui surpasse les Mister Donuts, et nous nous sommes arrêtées pour emporter un petit quelque chose. J’avoue avoir craqué sur le fourré custard – glacé chocolat (chocolate iced custard creme) peut-être un poil moins lourd que les 3 donuts du moment au caramel, dont le salted caramel!!

Du coup, pas d’adresse pour le moment car je n’ai pas retenu le nom de ce kaitenzushi! mais ça viendra, je vais chercher !

http://www.genkisushi.co.jp/genki/