Petit précis de japonais à l’usage de jeunes parents en voyage au Japon

Ce petit article va sembler bête à tous les bilingues et “fluent-speaker”, mais à force d’entendre toujours les mêmes mots, les mêmes phrases et les mêmes exclamations, je me suis dit que, rapidement, je pouvais partager et peut-être aider les parents qui voudraient visiter le Japon et “communiquer”.

Les enfants étant une denrée “rare” au Japon, et les petits “gaijin” particulièrement exotiques (voire carrément enviés), il est fortement probable que votre progéniture provoque l’admiration des grands-mères, grands-pères et autre jeunes filles ou jeunes mamans qui sortent également leurs petits. Par ailleurs, si vous n’aimez pas qu’on touche impunément votre enfant, essayez d’éviter les grands-mères, elles n’hésitent souvent pas à  tâter de la joue de bébé, sans vous consulter!  Communiquer avec ces personnes est assez facile, puisqu’on vous adressera toujours les mêmes compliments, classés du plus courant au moins entendu.

kawai~i (mignon(ne) ), avec une inflexion plus ou moins prononcée en fonction de l’âge de la personne.

ningyo mitai (on dirait une poupée): je suppose que celle-ci s’adresse plus particulièrement aux filles mais est souvent adressée à Eilinn, qui, en tant que métisse combine effectivement les canons de beauté japonais avec l’exotisme occidental : de grands yeux marrons (me ooki desu ne) en amande, un petit bout de nez, des lèvres bien dessinées et des oreilles un peu décollée (comme sa mère … et Bouddha).

tenshi mitai (on dirait un ange) : celle-là m’a notamment été souvent dite à l’occasion du onsen où Eilinn était nue comme un vers.

Aa! waratteru! (oh! elle sourit!) : personnellement, j’ai été assez surprise de la sur-réaction des japonais quand Eilinn leur rendait leurs sourires. C’est vrai qu’elle peut être très difficile (actuellement elle hurle parce que je ne lui donne pas assez de ma viennoiserie) mais elle est globalement joyeuse quand je la sors… à croire que les bébé japonais sont des petits êtres malheureux et ternes. Pas très flatteur.

Par ailleurs, si vous utilisez les ascenseurs (ce que je vous conseille quand vous en trouvez), vous retrouverez souvent de jeunes mamans avec leur bébé ou des personnes âgées émerveillées. Là encore, les questions réponses sont assez simples, on s’exclamera sur son degré de choupinittude, on vous demandera exceptionnellement son âge (nan-sai desu ka / ikutsu desu ka), voire son nom (o-namae ha?) si le trajet est plus long. A vous de préparer des réponses toutes faites que vous pourrez ressortir à chaque fois, et préparer un nombre incalculable de “arigatou” en réponse!

A moins d’avoir fait une micro-crevette, on s’étonnera à peu près toujours de la taille de votre bébé. Eilinn est un bébé tout ce qu’il y a de plus normal, sa courbe de croissance se bornant à la moyenne française, mais au Japon, elle est grande et cela se traduit souvent par des “ooki /se takai /desu ne“.

Un exemple de conversation basique :

– aa kawaii! /
– arigatou… (sourire mi-gêné, mi-flatté)
– akachan, ikutsu desu ka? (bébé a quel âge?)
– jyu-ikkagetsu ni narimasu. (elle va avoir 11 mois)
– oo? hontô, ooki/se ga takai/ desune! (oh? vraiment, elle est grande!)

Avec ces conversations toutes simples, tout allait très bien … enfin, jusqu’à ce qu’une employée du onsen préjuge de mon niveau de japonais en me demandant l’âge d’Eilinn dans le langage particulier des employés de service (où comprendre ne se dit plus “wakarimasu” mais “kashikomarimasu” et bien ‘yoi / ii” se dit “yoroshii“, par exemple).
Ca donnait une phrase du genre “o-nen wa ikutsu desu ka?”  ou “o-nen wo okikimashite yoroshii deshô ka? “. J’avoue que j’ai eu un peu de mal à comprendre, puisque je m’attendais plutôt à l’habituel “o-ko sama wa nan-sai desu ka?” (quel âge à votre enfant) … surtout que le o-nen ressemblait plutôt à un go-nen, autre forme poli mais beaucoup plus confondable avec “5 ans”), mais grâce à un deuxième cerveau de blonde connecté, on a finalement compris et j’ai pu répondre…

En espérant que cela puisse aider… si vous parlez mieux japonais que moi (ce qui peut forcément être le cas), n’hésitez pas à me corriger ou apporter votre expérience, merci  🙂

Advertisements

5 thoughts on “Petit précis de japonais à l’usage de jeunes parents en voyage au Japon

    • Oui, je me suis sentie un peu conne au début, parce que jusque là, je m’en sortais pas mal… Mais bon, ça m’a donné l’occasion de me creuser les méninges et bien évidemment, j’ai été chercher le fin mot de l’histoire 🙂

  1. Je crois que le passage sur les oreilles et la parenthèse “(comme sa mère … et Bouddha)”, remet en équilibre 2000 ans de moquerie planètaire sur le sujet.
    Bravo Ro., tu as sauvé encore une fois le monde.

    • Ah mais c’est vrai en plus! J’avais toujours trouvé (dans ma prime jeunesse) très perturbant les oreilles en “anse-de-bouteille” du mangaka Adachi Mitsuru exemple, jusqu’à ce que quelqu’un d’érudit m’explique que dans les canons de beautés asiatiques, les oreilles longues ou décollées étaient un bon signe (sagesse, prospérité ou autre) car Bouddha avait les oreilles décollées… D’ailleurs les Septs Divinités du Bonheur sont représentées avec des oreilles et des lobes plus ou moins longs ^^
      preuve!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s