Coup de torchon… serviettes, linge délicat et body bébé.

Normalement, le lundi c’est ma journée un peu cocooning : masque, crème, bain, Game of Thrones… pendant qu’Eilinn fait sa sieste (ou qu’elle dort encore, quand je me lève suffisamment tôt). Mais pas aujourd’hui car il y avait  “Tokyo Mamans”!!

“Tokyo Mamans” est à la base un groupe yahoo d’échange entre mères francophones résidant à Tôkyô et, chaque mois, une réunion est organisée pour se rencontrer, échanger des bons plans, manger, boire, faire jouer les petits et très petits. C’est également un bon moyen de rencontrer d’autres personnes, avec un même centre d’intérêt, et les mêmes contraintes liées aux enfants. J’adore mes copines françaises au Japon, elles sont d’un soutient et d’une aide précieuse, mais je ne peux pas me reposer que sur elles pour combler mes [parfois longues] journées de maman… même si Eilinn les a déjà toutes charmées et prochainement enrôlées dans sa fanbase en construction!

Beaucoup de ces mamans sont des expatriées et vivent  “à la française” à Iidabashi (le quartier français) ou Azabu-juban (le quartier des ambassades), mais il y a toujours des informations intéressantes à glaner. Ainsi, si la première réunion à laquelle j’ai participé tournait autour de l’accouchement (avec 3 autres mamans ayant des petits de 5 à 7mois), la réunion d’aujourd’hui a été super intéressante. J’ai notamment pu rencontrer une maman japonaise qui parle un excellent français (et qui aimerait partir du Japon dès que possible), une canadienne qui habite à Nishi-Ikebukuro, soit à quelques stations seulement de chez moi, et qui m’a indiqué un parc intéressant, à peine à 1km de chez moi, pour faire jouer Eilinn dès qu’elle marchera.

Parmi les autres conversations fort intéressantes : le lave-linge!!

C’est d’ailleurs un sujet de conversation qui revient fréquemment entre françaises. Il faut dire que nous avons TOUTES été déçues des lave-linge japonais, puisqu’ils ne lavent rien, voire bousillent vos fringues en 1 mois. J’ai donc, grâce à la technologie japonaise, flingué un body bébé qu’Eilinn a décidé d’inaugurer (oui, oui, inaugurer est le bon mot, puisque je lui mettais pour la première fois) avec une couche trop pleine! Une copine nous rapportait les galères liées à ses chaussettes toutes aussi noires après leur sortie du lave-linge, quand une autre déplorait l’odeur de linge pas frais, et qu’une troisième plaisantait à moitié sur la qualité des fringues d’Harajuku ou Shibuya, immettables après 4 passages à la machine à laver… En ce qui me concerne, j’ai réussi à tenir dans un état acceptable tout ce que j’ai acheté au Japon, et pendant plus de 10 ans, mais, nous en convenions, en France, on sait laver! (même mes fringues d’adolescentes de chez Jennypouff sont encore en bon état…).

Il faut dire qu’en matière de lavage, j’ai été à bonne école, la meilleure, celle de ma maman. A part de rare cas de carence en instinct maternel – souvent échangé contre une double dose d’égoïsme ou d’égotisme – la manière de maman, c’est forcément la mieux du monde! La mienne  m’a appris les vertus du prélavage, de séparer le blanc des couleurs, de faire des lessives en fonction de la température et d’appliquer du détachant sur les tâches les plus difficiles. Simple bon sens. Qui n’a pas cours au Japon.

Ici les machines à laver sont programmées pour laver à froid uniquement, blanc et couleur en même temps, linge délicat et torchons en même temps. Enjoy!

En effet, les japonais ont une conception de l’écologie tout à fait particulière. Les lave-linge  lavent à froid, en tournant à peine, en faisant des bu-bulles. C’est magique! Mais inefficace (surtout contre les tâches de thé sur les serviettes et les cacas de bébé sur les body). Alors on achète de nouvelles fringues souvent. Logique. Voire logique et mercantile. Je pourrais également parler des cotons “carré bébé”, super-pratiques pour nettoyer les fesses de bébé avec du liniment ou un liquide physiologique, qui n’existent PAS au Japon, au profit de LINGETTES de 4CMx4CM qui se DECHIRENT QUAND ON TIRE DESSUS  (je défie n’importe quelle maman de garder son calme quand bébé baigne dans sa matière fécale et qu’il faut nettoyer avec un micro truc de mauvaise qualité), ou bien encore parler des éponges qui n’ont pas de face “gratton”, un pur bonheur pour ne jamais avoir de tasse à thé propre et proposable, mais je serai intarissable. Et énervée. Alors je vais conclure sur le pourquoi de l’intérêt des réunions Tokyo Maman : l’une d’entre elle  a eu le déclic après avoir flingué plusieurs body également ! Désormais elle allume le chauffe-eau! Car oui au Japon, dans certains appartement, l’eau ne chauffe pas naturellement quand tu ouvres le robinet, il faut appuyer sur un bouton d’une commande centrale pour faire chauffer l’eau et comme cette eau va aussi directement dans la machine à laver, il est possible de laver à 0, 30° et même 40° degré!!!

Merci Tokyo Maman!

Advertisements

3 thoughts on “Coup de torchon… serviettes, linge délicat et body bébé.

  1. Dans ce cas je pense que c’est pareil pour les japonais qui habitent en Europe aussi,ca leur semble très décevant les laves linges de la France . Parce que les linges blanc noircient, les linges colorées se décolorent , les serviettes ne sont pas douce etc,…après lavage. C’est surtout due a l’eau qui est dure en Europe.

    La manière de faire des japonais est adapté, nous ne lavons pas avec de l’eau chaude pour ne pas abîmer les vêtements et car la lessive fond bien (avec l’eau douce).Lorsque les tâches sont importantes on utilise l’eau chaude.
    Dans tout les cas il est logique que nos mode de vie sont différents et que nous sommes, chacuns, suivant nos conditions différentes (ici l’eau dur et douce), adapté pour avoir la meilleur qualité de vie dans nos pays respectifs.

    Essayer de vous renseigner avant de vous plaindre directement .

    • Mon souci était qu’avec un enfant, toutes les tâches sont difficiles! Donc, oui j’ai eu besoin de laver à l’eau chaude, ce que ne m’avait jamais expliqué mon ami (qui utilisait le pressing pour ses costumes). J’ai eu envie de raconter mon expérience, je n’aurais probablement jamais trouvé de solution si les mamans que j’ai rencontrées n’avaient pas évoqué leur problème, qui était le même que le mien. Je ne me suis jamais plainte auprès de mon ami, qui n’a jamais pris le temps de m’expliquer quels produits utiliser ou quels programmes choisir selon le type de vêtement. Je me suis débrouillée avec internet. Voilà, j’ai fait comme vous dites : je me suis renseignée avant de raconter mes mésaventures.
      Il s’agit d’un blog et je me sens libre d’y écrire ce que je veux 🙂

  2. Pingback: [on a testé] les bavoirs-bandana de Funky Giraffe | Deci-delà.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s