Comment nourrir bébé au Japon?

En créant ce blog, je souhaitais aussi partager ma vision ou mes impressions, difficultés, ou au contraire tout le côté pratique de la vie au Japon.J’avoue que mes premières interrogations n’ont pas été pour moi, je sais que j’ai la capacité de m’adapter, mais pour ma fille de 9 mois. Il y a en effet une perception très différente de l’enfant, en tant qu’individu, et de son éducation au Japon. Il m’a fallu pas mal de temps pour expliquer au papa que “oui, un bébé à sa propre chambre si possible, et le plus tôt est le mieux”.  Les mentalités changent, même au Japon, mais la “tradition” (poussée par le manque de place) veut qu’un bébé dorme avec ses parents. Heureusement, il a rapidement compris le point de vu “occidental”, et Eilinn a déjà sa propre chambre au Japon. Il a par contre trouvé très malin d’y installer sa bibliothèque, avec plein de livres à portée de main de la crapule. Un ajustement sera donc nécessaire si 1- il ne veut pas ranger ses livres tous les jours; 2- qu’Eilinn soit couverte de bleus en moins de 3 jours!

Avant hier, j’ai pu échanger brièvement avec une amie de Joe, qui n’a pas d’enfant. Elle était très étonnée qu’Eilinn soit déjà aussi grande et active. Active, certes, elle est très “tonique et éveillée” (pour ne pas dire “hyperactive et intenable”), mais pour le développement, elle a la taille moyenne des bébés de son âge selon son carnet de santé français. Je me suis donc renseignée sur le régime des bébés japonais au même âge. Il semblerait qu’on les nourrisse de lait – maternel ou maternisé- et de gruau de riz concassé ou de patate douce. J’ai bien essayé de trouver des petits pots de compote ou des yaourts type petite suisse… ça n’existe  pas dans les supermarchés urbains (et je ne parle pas des convini, ces superettes ouvertes 24h/24, qui sont encore plus limités).

Je me suis tournée vers un blog d’échange de mamans expatriées à Tôkyô, apparemment, pour avoir des petits pots, tout prêts pour les jours où l’on a pas le temps, que l’on sort, ou que le babycook vous lâche (je cumule les 3 actuellement), eh bien, il faut vous rendre dans des supermarchés spécialisés pour produits importés ou les commander sur Internet, à des prix unitaires exorbitants.

Hier, je suis sortie pour acheter des couches dans un drugstore, puisque les supermarchés n’en vendent pas non plus. Les drugstore (くすり屋) sont légions au Japon, on y trouve de tout, de l’hygiène aux produits alimentaires, en passant par les accessoires pour animaux de compagnie. J’ai cherché mon rayon couche, coincé tout au fond du magasin, les enfants étant un produit de luxe et pas d’appel comme les cosmétiques ou l’hygiène, dans un pays où avoir une apparence soignée est un prérequis social. Je savais que les couches pour senior étaient plus vendues que les couche pour bébé, mais j’ai tout de même été étonnée du ratio du rayonnage! A gauche, 1/4 pour les couches bébé, 1/4 lingettes et 1/2 pour les couches senior à droite!!

DSC_1728

Et, en face des couches, j’ai eu le plaisir de trouver des petits pots! De 5mois à plus, bien rangé par tranche d’âge, avec suffisamment de variété pour faire le bonheur d’Eilinn, qui a englouti ses udons-carotte-poulet avec plaisir. La seule différence est la quantité : 200g pour un bébé français, 130g pour les japonais… Mais ça n’est pas bien grave, je lui donne un peu plus de compote le midi!

Il DSC_1702faut dire que j’ai la chance d’avoir un petit ventre sur patte qui aime manger, de tout, légumes comme purée de fruit ou yaourt. Du coup, je me fais très peu de souci pour elle, au restaurant le premier soir elle a découvert la cuisine chinoise (中華料理 chûka ryôri – riz blanc et potage aux oeufs), puis le lendemain midi la cuisine traditionnelle japonaise (和食 washôku – riz blanc, apparemment meilleur avec la sauce du thon et du tofu mariné), ensuite, elle a goûté le risotto aux petits pois d’un Fami-Res (family restaurant : type de restaurant où la carte est inspirée occidentale, notamment italienne, avec un bon rapport qualité-prix, prisé à la base par les familles, d’où leur noms).

Aujourd’hui, une maman française chez qui je suis passée récupérer une table à langer, m’a également indiqué que certaines mamans se regroupaient pour acheter des produits français importés. Demain, il y a une réunion de mamans… je vais essayer d’y aller!

Advertisements

13 thoughts on “Comment nourrir bébé au Japon?

    • Au Japon, c’est le cas : ça coûte cher (installation de la chambre, jouets, puériculture), ça prend de la place et dès 4ou 6 ans , ça va à l’école qui coûte aussi très cher, et sans les diverses aides que l’on peut avoir en France.

      • C’est vrai que les appart aux japon c’est petit, je savait que la scolarité la bas que c’était pas donné.
        Pour les aides j’avait des doutes de sont existence.
        Tu va scolarisé t’a fille dans une école franco jap ?

  1. Déjà qu’ils ont du mal / pas envie de faire des enfants, alors si en plus, ca coute un bras…
    Pour le reste, l’analyse est vraiment intéressante et permet de confornter les deux cultures. C’est bien que Joe comprenne l’autre vision des choses, mais n’as-tu pas peur d’être rattrapée à un moment ou un autre par le mode japonais sur le regard envers les enfants (y’a tellement peu de pression sociale dans ce pays….)?
    D’ailleurs, qu’y-a-t-il à comprendre derrière la réaction de l’amie de Joe ? Est-ce que les bébés japonais ont tendance à être des crevettes amorphes et peu nourries pour dire Eilinn est “grande et active” ? Faut dire aussi que les nourrir d’okayu ne semble très revigorant ! :p

  2. C’est plutôt agréable d’avoir l’avis d’une expat pour ce genre de soucis auquel on ne pense pas forcément. J’avoue, je tombe un peu des nues concernant le peu de rayon “bébé” auquel tu as pu faire face à tokyo. Mais, c’est le début. C’est ce qu’il faut se dire. Question bête : tu as déjà ton alien card? Ou les joies administratives coté nippon commencent à peine?

    • En fait, je n’ai pas d’alien card. Je n’ai plus l’âge pour un WH et pas de visa de travail. Pour mon visa, il faut que je passe par la case mariage … ^^;

      • Attends, ça veut dire que tu dois rentrer dans deux mois si tu “n’entres” pas dans la famille de Joe avant? Wait, no way! Maintenant que vous réunis tous les trois il y a bien un autre moyen hein?

      • Et bah si ^^, il n’y a pour le moment pas d’autres moyens. Mais bon, j’ai les vaccins des 1 an de la petite, donc, ya des raisons de revenir en France tout de même !

    • Yep! J’y suis allée. En fait, les couches sont moins chères dans mon ptit kusuriya de quartier, et Eilinn semble les supporter. Pour les petits pots, c’est le même prix. Sauf qu’il y a beaucoup plus de choix! Mais je me suis un peu équipée pour faire en grande quantité des plats à base de légumes, vu que leur petits pots sont principalement à base de riz…

  3. Pingback: Petit précis pour voyageurs – se nourrir au Japon (part.1) | deci-delà.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s