Freaky saturday.

Que de ratés pour cette première journée! Et quelle longue journée!

Réveillée à 5h par mademoiselle, il a fallu l’occuper pendant plus de 4h, qu’elle soit bien fatiguée. Nous avons donc joué alors que j’essayais de ranger sa chambre et mes affaires, alors que mon chéri récupérait de sa semaine. Une fois mon article écrit, la gamine couchée, les plaques de la gazinière arrivée, je me suis dit que ce serait une bonne idée d’aller jusque Ikebukuro (6min. par la ligne de métro yurakucho) pour acheter un adaptateur pour batterie de macbook et pour autre appareil électrique. J’ai donc retrouvé mon amie Rosalie à Ikebukuro, nous trouvons tout ce qu’il faut… et là, c’est le drame, je me dis qu’il fait beau et que l’on peut rentrer à pieds.

DSC_1700Sauf qu’avec ma petite tête, nous sommes parties dans la mauvaise direction! Nous avons donc remonté la Meijiro-dori pendant près d’une heure, arrivant jusqu’au parc d’Asukayama, tout blanc de fleurs de cerisiers. Il faut quand même rappeler que nous sommes en ce moment dans la célèbre période du  花見 (hanami, le fait de regarder les fleurs). La floraison des cerisiers et son paroxysme, le 桜満開(sakura-mankai), ne dure que très peu de temps, moins de 2 semaines, ce qui explique sa popularité parmi les japonais qui baignent dans l’idée traditionnelle que le monde est éphémère, représente d’une manière symbolique (et superbe, il faut le dire) cette notion du temps qui passe, des beautés qui fanent…

Bref, nous sommes à l’entrée du parc, je demande ma direction à un petit policier dans sa guérite du kôban (交番 police de quartier) pour rejoindre la station de train la plus proche, Oji. Nous montons dans un train, obligées de faire un changement pour récupérer la Yamanote (ce n’est pas la ligne la plus rapide, mais c’est parfois la plus simple pour nous, pauvres gaijin), et là c’est le drame… Rosalie nous fait un petit malaise. Heureusement, une japonaise nous remarque et préviens un agent de plateforme qui nous emmène dans les coulisses d’un point information, où se trouvent des banquettes où se reposer.

Blog230313

Résultat, j’étais partie pour une petite heure, et avec mes bêtises, je suis rentrée 2h30 après! Eilinn, restée profiter de son papa, avait les crocs sévères, et pour ajouter au merdique, la fonction mixer du babycook qui me lâche alors que les patates et les carottes sont cuites. En mode mère indigne que je suis, je lui ai donc fait un biberon de plus, en attendant de trouver une solution pour écraser mes légumes. Du coup, elle mangera mieux ce soir (pot au feu en purée, yaourt et compote de pomme)!

Mais après tout ça, le coup de barre! Je me suis fait une sieste bienvenue alors qu’Eilinn dort toujours, ce qui me fait comprendre que le recalage de la petite va être plus long que prévu !

Pour aller plus loin  : je vous conseille cet article d’une anthropologue , qui saura mieux expliquer que moi le pourquoi et le comment du hanami, que nous, pauvres occidentaux, ne pourront jamais comprendre complètement, comme un japonais.

http://test.espacestemps.net/articles/ritualiser-lephemere/

Advertisements

2 thoughts on “Freaky saturday.

  1. Le coup de partir dans le mauvais sens tu l’avais déjà fait l’année dernière à Shinjuku. Je te conseille de bien regarder sur Google la carte de ton quartier et de te repérer avec les magasins. On se perd assez facilement.

    Pour l’histoire des cerisiers en fleurs et de l’éphémère blablabla…pour moi, de ce que j’ai pu observer en 6 ans, c’est surtout une très grosse beuveurie qui perd tout son sens quand le mec en face de toi, complètement bourré te montre ses fesses…Mais c’est vrai, il faut mieux laisser cette impression de beauté éphémère aux étrangers, ça a du charme quand même…

    • Oui, mais la denrière fois c’était en train, là c’était à pied ^^ Mais c’était pas grave, de toute façon, je n’avais pas de rdv! Par contre, cet après-midi, il faut que j’aille récupérer une table à langer pour Eilinn, je vais prendre l’adresse et au besoin demander à un taxi ou le koban du coin, parce que je ne connais pas du tout le quartier >.<
      De toute façon, on est étranger, on peut pas comprendre. Et il me semble que tout est prétexte à beuverie (mais en France, aussi) surtout quand ça ne tient pas 2 canettes de bière.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s